Quelles sont les origines de nos chères tomates savoureuses ?

Dans cet article, je vais vous dire tout ce que je sais sur la tomate…

Couleurs variées tomates

SOMMAIRE :

Après avoir parlé des origines de la sauce tomate, je me suis penchée sur le cas de la tomate. J’ai trouvé beaucoup d’informations sur l’origine de la tomate qui remonteraient à, il y a très longtemps et d’ailleurs, je ne pensais pas que notre bonne vieille solanaceae soit aussi vieille et c’est peu dire !

Des fossiles de 52.2 millions d’années à Laguna del Hunco en Patagonie (Argentine) auraient été trouvé mais elles n’avaient absolument rien à voir avec les tomates que nous connaissons aujourd’hui. Elles étaient de forme aplatie, mais ils évoquent déjà les membres modernes de la famille des Solanacées.

Les tomates contemporaines semblent toutes originaires du Nord-Ouest de l’Amérique du Sud dans les vallées montagneuses des Andes péruviennes. C’est en effet seulement dans ces régions qu’ils ont retrouvé des plantes spontanées de diverses espèces de l’ancien genre Lycopersicon, notamment la tomate cerise (aujourd’hui répandue dans toutes les régions tropicales du globe). 

Elle était cultivée par les Aztèques au Mexique qui lui donnèrent le nom de « tomalt » ou « tomalti« , dérivé d’un mot aztèque « zitomate » et par la suite les conquistadors espagnols ont modifié le terme en « tomate ». Elle n’est donc connue par les Européens qu’après l’arrivée des conquérants espagnols de Tenochtitlán (Mexico) par Hernán Cortés en 1519.

La tomate, ainsi que le maïs, la pomme de terre, le piment et la patate douce sont introduits en Espagne au début du XVIe siècle à travers les voyages de Christophe Colomb.

En 1544, l’herboriste italien Pietro Andrea Mattioli définit les fruits jaunes de la plante de tomate « mala aurea », c’est-à-dire « pomme d’or », et plus tard, en 1554, il parlait d’une variété rouge.

En 1554 donc l’herboriste néerlandais Dodoens en a fait une description détaillée et le fruit a acquis une réputation d’aphrodisiaque. Cette renommée explique les termes «Pomme d’Amour» en français et «love apple» en anglais avec lesquels la tomate est définie.

Bon à savoir :
Les premières tomates n’étaient pas rouges. Là je ne parle pas des premières tomates « sur terre », mais celles des premières arrivées en Europe… Et bien que la première couleur qui vient à l’esprit en pensant aux tomates soit rouge, ce sont celles de la variété jaune ceux que nous avons rencontrés pour la première fois de ce côté-ci de l’Atlantique. D’où la traduction en italien «pomodoro» (pomme dorée).

Depuis combien de temps est-elle mise dans nos assiettes ?

Un allié pour notre santé et notre peau

Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle que les tomates sont progressivement utilisées comme ingrédient de cuisine. La plus ancienne recette napolitaine connue est la « sauce tomate espagnole » et elle remonte à 1692. 

Tout comme l’aubergine, ce fruit rouge a pourtant eu un peu de mal à s’imposer en cuisine à cause de sa ressemblance avec les fruits de la belladone hautement toxiques. 

Et il est bon de savoir également qu’à une époque, la plupart des Européens pensaient que la tomate était toxique en raison de la façon dont les assiettes et les couverts étaient fabriqués dans les années 1500.

À l’époque, les riches utilisaient des couverts en étain, qui a une teneur élevée en plomb. Les aliments riches en acide, comme les tomates, entraîneraient la chute de plomb dans les aliments, ce qui entraînerait une intoxication au plomb et la mort. Les pauvres, qui mangeaient avec des assiettes en bois, n’avaient pas ce problème, et donc n’avaient pas d’empathie pour les tomates. Essentiellement la raison pour laquelle les tomates étaient uniquement consommées par les pauvres jusqu’aux années 1800, en particulier les Italiens. Ce qui explique son nom latin de lycopersicum qui signifie « pêche de loup ».

Il faudra d’ailleurs attendre 1778 pour qu’elle soit référencée dans le fameux catalogue Vilmorin à la rubrique des plantes potagères. Avant cette date, elle n’était classée que comme plante ornementale.

En raison de sa délicieuse couleur rouge, de ses qualités gustatives et de sa polyvalence, les tomates ont parcouru un long chemin depuis les civilisations anciennes.

Beaucoup des plats les plus connus et les plus savoureux d’aujourd’hui à base de tomate, remontent à l’Antiquité et à l’échange de plantes comestibles entre l’Ancien et le Nouveau Monde.

Cette savoureuse tomate est donc une plante herbacée de la famille des Solanacées comme les pommes de terre. Elle est aussi parente de l’aubergine, des piments et poivrons, et du tabac. Et c’est une plante ramifiée, à tige sarmenteuse, se soutenant difficilement sans l’aide de supports artificiels, pour les cas de tomates indéterminées, ce qui ne l’est pas des tomates déterminées, mais ça, c’est une autre histoire !

Mais qu’est-ce qui a changé dans les années 1800 ?

Les tomates aux XIX

Au XIX siècle, il y a eu beaucoup d’évènements qui ont marqué notre histoire, je vous fais juste un petit rappel, au cas où : 

  • Niépce invente la photographie en 1839.
  • Louis Pasteur met au point la pasteurisation en 1863.
  • Alexander Graham Bell invente le téléphone en 1876.
  • En 1882, Thomas Edison invente l’ampoule électrique.
  • À l’aide de son moteur à explosion, Carl Benz met au point la première automobile en 1886.
  • Les frères Lumière projettent le premier film cinématographique en 1895.
  • Marconi met au point la première communication radiophonique en 1896 : la télégraphie sans fil (TSF).
  • Pierre et Marie Curie réussissent à isoler le radium en 1898, ouvrant ainsi la voie à la physique nucléaire.

Mais revenons à notre Tomate…

Tout d’abord, et ce qui est le plus important, a été l’immigration massive d’Europe vers l’Amérique et le mélange traditionnel des cultures. De nombreux Italo-Américains ont mangé des tomates et apporté cette nourriture avec eux. Mais aussi, et peut-être tout aussi importante, l’invention de la pizza. Il n’y a pas de pizza sans sauce tomate, et la pizza a été inventée autour de Naples à la fin des années 1880. 

L’histoire raconte qu’elle a été créé en 1889, par un restaurateur à Naples en hommage à la Reine Marguerite de Savoie, lors de son voyage à Naples, le premier monarque italien depuis que Napoléon a conquis l’Italie. 

Le restaurateur a fabriqué la pizza à partir de trois ingrédients qui représentaient les couleurs du nouveau drapeau italien : rouge, blanc et vert. Le rouge est la sauce tomate, le blanc était le fromage mozzarella et le vert était la garniture au basilic. 

Par conséquent, Pizza Margherita est née, et est toujours la norme pour la pizza. Et qu’est-ce qui aurait pu conduire plus à la popularité de la tomate que de la pizza !

Et du coup… la tomate est un fruit ou un légume ?

La tomate est l’un des aliments / ingrédients les plus populaires en Europe, en partie grâce à sa polyvalence et sa capacité à s’associer à de nombreux autres aliments tels que le fromage, comme la ricotta, la fameuse tomates mozzarella, la feta, le parmesan, le chèvre, etc.. les œufs, les légumes, le boeuf et une grande variété d’herbes aromatiques et également les fruits, comme les framboises, la poire, le melon et aussi le miel et j’en passe et des meilleurs. 

Mais il y a aussi beaucoup de question à son sujet concernant sa famille et c’est un autre aspect intéressant de l’histoire de la tomate dont j’aimerais vous parler, pourquoi la tomate est un fruit et un légume ?

Définition du fruit :

Définition du fruit :
Un fruit est un organe végétal, issu du développement de l’ovaire, à la suite d’une fécondation des ovules et qui à maturité, contient des graines.

Souvent consommée crue la tomate, comme les pommes, les concombres, les poivrons, etc. sont communément appelés légumes. Les botanistes affirment qu’un fruit est une matière charnue qui recouvre une graine ou des graines alors que, du point de vue des horticulteurs, la tomate est une plante potagère.


La connaissance, c’est savoir qu’une tomate est un fruit.
La sagesse c’est ne pas la mettre dans une salade de fruits.

De quoi regorge ce fruit rouge magique ?

Vous n’êtes pas sans savoir, que ces gros fruits juteux cachent bien des secrets, tous les bienfaits des tomates cuites ou crues et les bons nutriments qu’elles nous apportent… 

En voici un petit extrait :

Les tomates sont nutritives et ses bienfaits sont très nombreux. Elles sont riches en vitamine C, en vitamines du groupe B, en acide folique et en folate. Ce fruit renferme de nombreux minéraux : du potassium, du phosphore et du magnésium ; ainsi que des oligo-éléments : fer, zinc, cobalt, nickel,  fluor, bore… Riche en eau (environ 95 %), la tomate ne dépasse guère 15 calories aux 100 grammes.

Concentrées dans sa peau et ses graines, ses fibres sont composées de celluloses, hémicelluloses, et d’un peu de pectines. En nutrition, les tomates sont les principales source d’un pigment rouge, appelé lycopène, qui possède des propriétés antioxydantes et anticancéreuses.

Un grand taux de lycopène dans le plasma sanguin est en fait associé à la faible incidence de certaines tumeurs, en particulier le cancer de la prostate. Son assimilation dans le corps dépend fortement du type de produit consommé. L’apport de lycopène est le plus bénéfique avec les tomates cuites, par rapport à la même quantité de tomates fraîches.

De même, la disponibilité du lycopène dans le jus de tomate transformé à chaud est supérieure à celle du jus de tomate frais. 

Et pour aller plus loin, la tomate bien mûre fait parti des aliments riches en umami, comme les viandes et les légumes en général, particulièrement dans les poissons, les crustacés, les champignons shiitake, le chou chinois, les épinards, les asperges et le thé vert.

En conclusion : Notre belle rouge est bien un fruit, mais  nous la consommons comme un légume. Est-ce que ça va changer un jour ? je ne pense pas ! Mais je sais que  beaucoup de gens savent déjà la préparer en dessert et j’en fait parti. D’ailleurs, la tomate est un fruit qui détient un record de variétés et j’ai fais des recherches à ce sujet et il existe, pas moins de 20.000 variétés de tomates dans la monde.


Le + :

Le nom de la tomate figure dans les « mots sans frontières » recensés par Sergio Corrêa da Costa. On le retrouve en effet dans de nombreuses langues avec de faibles variations phonétiques et orthographiques. On a ainsi dans les langues européennes : tomato en anglais, tomate en allemand, espagnol, français et portugais, tomată en roumain, tomat en danois, norvégien, suédois et estonien, tomaat en néerlandais, tomaquet en catalan, domates en turc, à l’exception notable de l’italien pomodoro, du polonais pomidor et du hongrois paradicsom. En russe, les termes tomat (томат) et pomidor (помидор) sont interchangeables.

Le ++ :

Qu’est-ce que l’umami ?
Les tomates contiennent des niveaux élevés d’acide glutamique, fournisseur d’umami, et à mesure que les fruits mûrissent, ces niveaux augmentent.
L’umami est le cinquième goût, rejoignant le sucré, l’aigre, le salé et l’amer. Ce sont des goûts uniques qui ne peuvent pas être créés en mélangeant d’autres goûts, et sont connus comme les goûts de base ou primaires. Umami est un terme général utilisé principalement pour désigner les substances combinant le glutamate d’acide aminé et / ou les nucléotides inosinate et guanylate avec des minéraux tels que le sodium et le potassium.


Les informations récoltées sur ce blog sont fournies à des fins éducatives uniquement et ne sont pas destinées à des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement.

Si vous avez des préoccupations ou des questions concernant votre santé, vous devriez toujours consulter un médecin ou un autre professionnel de la santé.

Laisser un commentaire